Au beau soleil du monde

Que tout ce que je sais, en vertu d’une grâce,ou par volonté, cesse d’être savoir.Qu’en ferait-il, l’enfant qui se voit vieilli,voler dans les cieux du Sahara ou de l’Arabie?Je veux savoir. L’histoire est prophétie,je parle comme un fou.Tu n’iras pas te reposer —te protéger de la maudite clarté du jour —oiselet frioulan, en ces bosquetsLire la suite « Au beau soleil du monde »

Toute l’innocence de la vie future

Je crie, en ce ciel où habita ma mère : « Avec une incorrigible naïveté— à l’âge où l’on devrait pourtant être un homme —j’oppose l’arbitraire à la dignité(qui, d’ailleurs, à cessé d’intéresser nos fils).Et, contre un peu de science de l’histoire, qui me fait connaître l’étendue de la tragédie d’une histoire qui s’achève,je m’adjugeLire la suite « Toute l’innocence de la vie future »

Pasolini e la poesia sarda

Per l’altra isola, la Sardegna, bisognerà anzitutto tener conto di una ragione che abbiamo visto valere anche per la Sicilia, e lo si vedrà per qualsiasi provincia dialettale “isolata”. Intendiamo la mistica della regione come “piccola patria”, incubatrice secolare di tradizioni e di folklore antichissimi, in qualche caso addirittura preistorici (come la Sardegna), per cuiLire la suite « Pasolini e la poesia sarda »

Poésie & Justice

Vous avez voulu avoir un poète sur ce banclustré par les culottes de tant de pauvres diables ?D’accord, savourez. La Justicedevient la voix d’hirondelles aveugle, aux désoeuvrements de la Poésie. Et non parce que la Poésie aurait le droitde délirer sur un peu d’azur, sur un misérable joursublime qui naît de la mélancolie et de laLire la suite « Poésie & Justice »

Faire danser nos sens sur les débris du monde 

Tu m’as parlé de vice en ta lettre d’hierLe vice n’entre pas dans les amours sublimesIl n’est pas plus qu’un grain de sable dans la merUn seul grain descendant dans les glauques abîmes Nous pouvons faire agir l’imaginationFaire danser nos sens sur les débris du mondeNous énerver jusqu’à l’exaspérationOu vautrer nos deux corps dans uneLire la suite « Faire danser nos sens sur les débris du monde « 

Esprit des disparus

Cyprès toscans,Qu’est-ce ? Pliés comme sombre penséeEn laquelle le langage s’est perdu,Cyprès toscans,Faut-il en vous déceler un grand secret ?Et nos mots seraient-ils vains ? Inavouable secret,Mort avec un peuple mort et sa langue morte, et pourtantEn vous encore monument de Nuit,Cyprès étrusques. Ah, comme j’admire votre fidelité,Sombres cyprès, Est-ce le secret des étrusques auLire la suite « Esprit des disparus »

Bleu d’orage

La nuit, quand le pendule de l’amour balanceentre Toujours et Jamais,ta parole vient rejoindre les lunes du cœur et ton œil bleud’orage tend le ciel à la terre. D’un bois lointain, d’un bosquet noirci de rêvel’Expiré nous effleureet le Manqué hante l’espace, grand comme les spectres du futur. Ce qui maintenant s’enfonce et soulèvevaut pourLire la suite « Bleu d’orage »