Penn-ar-Bed/III

Je sais que la poésie n’est pas un produit de consommation; je vois bien ce qu’il y a de rhétorique dans le fait de dire que même les livres de poésie sont des produits de consommation, parce que la poésie au contraire échappe à cette consommation. Les sociologues se trompent sur ce point, il leurLire la suite « Penn-ar-Bed/III »

Penn-ar-Bed/II

Le Divers décroît. Là est le grand danger terrestre. C’est donc contre cette déchéance qu’il faut lutter, se battre, mourir peut-être avec beauté. Les poètes, les visionnaires mènent toujours ce combat, soit au profond d’eux-mêmes, soit – et je le propose – contre les murs de la Connaissance. Victor Segalen, Essai sur l’exotisme, 1904-1918.

Penn-ar-Bed/I

Et Rennes répondit avec Quimper et VannesNous voici ô Paris Nos maisons nos habitants Ces grappes de nos sens qu’enfanta le soleilSe sacrifient pour te désaltérer trop avide merveilleNous t’apportons tous les cerveaux les cimetières les muraillesCes berceaux pleins de cris que tu n’entendras pasEt d’amont en aval nos pensées ô rivièresLes oreilles des écolesLire la suite « Penn-ar-Bed/I »

Michel Leiris en trois actes/I

En 1933 je revins, ayant tué au moins un mythe : celui du voyage en tant que moyen d’évasion. Depuis, je ne me suis soumis à la thérapeutique que deux fois, dont l’une pour un bref laps de temps. Ce que j’y ai appris surtout c’est que, même à travers les manifestations à première vueLire la suite « Michel Leiris en trois actes/I »

Entretien dans la montagne

Tu sais. Tu sais et tu vois : ici la terre s’est plissée dans le haut, s’est plissée une fois et deux fois et trois fois, et s’est ouverte au milieu, et au milieu il y a l’eau, et l’eau est verte, et le vert est blanc, et le blanc vient de plus haut encore,Lire la suite « Entretien dans la montagne »

Psaume

Personne ne nous pétrira de nouveau de terre et d’argile, personne ne soufflera la parole sur notre poussière. Personne.  Loué sois-tu, Personne. C’est pour te plaire que nous voulons fleurir. À ton encontre.  Un Rien voilà ce que nous fûmes, sommes et resterons, fleurissant : la Rose de Néant, la Rose de Personne.  Avec le style, lumineux d’âme, le filet d’étamine, ravage du ciel, la couronne rouge du motLire la suite « Psaume »