Texture des anges

Afin que je puisse un jour, au bout de l’amère vision, chanter l’allégresse et la gloire sous l’approbation des anges, que nul marteau de mon cœur, si clairement forgé, ne fasse défaut sur des cordes détendues, hésitantes ou cassantes. Que mes larmes augmentent l’éclat de mon regard, que les simples pleurs fleurissent. Ô nuits d’affliction que vous me serez alors très chères. Ô mes sœurs inconsolées, que ne vous ai-je reçues à genoux, plus humblement, que ne me suis-je perdu avec plus d’abandon dans vos cheveux déliés ? Nous gaspillons les douleurs ; d’avance nous en projetons la fin dans la triste durée et nous nous demandons si elles ne vont point s’en aller. Mais elles sont notre feuillage d’hiver, notre sombre pervenche, une des saisons de l’année secrète, non seulement saison, mais place, hameau, camp, sol, demeure.

Rainer Maria Rilke, Élégies de Duino, traduction de Rainer Biemel, Allia, 2015.

Animal des villes, animal des champs

L’opposition entre la ville et la campagne ne peut exister que dans le cadre de la propriété privée. Elle est l’expression la plus flagrante de la subordination de l’individu à la division du travail, de sa subordination à une activité déterminée qui lui est imposée. Cette subordination fait de l’un un animal des villes et de l’autre un animal des campagnes, tout aussi bornés l’un que l’autre, et fait renaître chaque jour à nouveau l’opposition des intérêts des deux parties.

Marx & Engels, L’idéologie allemande.