« L’amour est l’art de produire quelque chose avec ce dont l’autre est capable »

Cher Jean-Marie,

Je crois n’avoir entièrement compris que maintenant (surtout après ton ironique « ne pas t’y fier » d’hier soir) ce que tu veux et en quoi je peux t’être utile.

Tu établis un rapport extrêmement travaillé, de différence entre le point de départ de ton discours cinématographique (Brecht, Schanberg, Fortini) et le point d’arrivée qui est le film. Ce rapport est apparemment infime (par exemple dans Leçons d’Histoire) et presque jamais il n’est conflictuel. Parce que c’est là le mode selon lequel tu fais avancer dialectiquement ton discours. Ce que Brecht ou Schonberg disent est objet. Comme une chèvre ou un fleuve. Tes « opinions » peuvent être plus proches de celles de Brecht que de celles de la femme de Bach ou de celles de la musique de Bach ou de celles de la lettre à Kandinsky : mais la distance que tu introduis entre ces « opinions » (textes, musique, etc.) et l’objet achevé, qui est ton produit, est constante.

Ce mot, « produit », me fait penser à la définition brechtienne de l’amour, qui serait l’art de produire quelque chose avec les capacités d’un autre.

Je crois que ta manière de procéder est la plus communiste possible aujourd’hui, en une société comme celle d’à présent.

Ton art est de produire avec du semblable pour mettre en évidence du dissemblable (synonymie et métonymie contre antinomie et métaphore). Les limites de ta subjectivité (culte des vertus, moralisme, perfectionnisme) ne regardent que toi (et Danièle…). Mais se comprend alors comment tu acquiers, précisément en assumant lesdites limites, le droit de traiter comme objets les objets (et les sujets) de tes films. Tu es sérieusement […] antikantien : (tu agis de façon à ce que tout soit, et toujours, un moyen ou un instrument de production et non une fin (à commencer par toi-même). Ceci est la racine de toute position « classique ».

« Lettre de Franco Fortini à Jean-Marie Straub », in Franco Fortini. Les contradictions de la forme, Éditions Mimésis, 2022.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s