Psaume

Personne ne nous pétrira de nouveau de terre et d’argile, 
personne ne soufflera la parole sur notre poussière. 
Personne. 

Loué sois-tu, Personne. 
C’est pour te plaire que nous voulons fleurir. 
À ton 
encontre. 

Un Rien 
voilà ce que nous fûmes, sommes et 
resterons, fleurissant : 
la Rose de Néant, la 
Rose de Personne. 

Avec 
le style, lumineux d’âme, 
le filet d’étamine, ravage du ciel, 
la couronne rouge 
du mot pourpre que nous chantions, 
au-dessus, ô, au-dessus
de l’épine. 

Paul Celan, choix de poèmes réunis par l’auteur, traduction de Jean-Pierre Lefebvre, Gallimard, 1998.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s